Journée nationale d'hommage          aux soldats morts en Indochine,           le 8 juin 2107 à Arcachon

08/06/2017

Ce jeudi ,8 mai 2017 nous avons honoré les soldats morts en Indochine à Arcachon en présence de nombreux arcachonnais venus pour l'occasion .L'UNC d'Arcachon et de la Teste étaient bien sur présentes ainsi que les associations patriotiques et les Anciens Combattants dont un certain nombre venait d'assister à la cérémonie qui s'était déroulée une demi-heure plutôt à Gujan Mestras. Quelques-uns, nous ont rejoints juste à temps, dont le Lt Colonel Sonny Le Van, fraichement débarqué sur le bassin et qui ne connait pas encore les « bouchons » de la région.

Fort heureusement, tout le monde est arrivé à bon port et la cérémonie a pu débuter à 11h10 par la mise en place des porte-drapeaux qui étaient au nombre de 9 puis de 11 quelques minutes plus tard (d'où l'importance que nos élus puissent planifier des horaires un peu plus distants entre les futures cérémonies à venir) .Nos porte-drapeaux n'ont malheureusement pas d'escorte policière pour les accompagner de ville en ville.

Revue des troupes par le Lieutenant-Colonel Sonny LE VAN, représentant le Colonel LEFEVBRE, de la Base Aérienne 120 de Cazaux accompagné de Monsieur Yves FOULON, Député-Maire d'Arcachon.

Allocution du maitre de cérémonie Thierry RODULFO :

Discours de l'Union Nationale des combattants.

  • « La guerre d'Indochine a été une guerre lointaine, parfois rejetée par les Français, et aujourd'hui souvent méconnue de nos jeunes concitoyens.

D'ailleurs, il convient de le rappeler, cette date du 8 juin, n'a été consacrée qu'en 2005, Journée nationale d'hommage aux morts de cette guerre en général, et de la bataille de Diên Biên Phu en particulier.

Pourtant pendant 9 ans, de 1945 à 1954, les soldats du Corps expéditionnaire français en Indochine ont lutté avec vaillance, jusqu'au sacrifice contre un ennemi, bien supérieur en nombre.

Comment, en ce jour, ne pas partager l'émotion des survivants de cette terrible épreuve ? Près de 110 000 des leurs sont morts ou disparus, en particulier dans des camps de prisonniers aux conditions particulièrement inhumaines.

Venus d'Europe mais également d'Afrique, volontaires pour se battre aux côtés d'une jeune armée vietnamienne dans le cadre de l'Union Française, ils luttaient pour préserver la liberté contre la poussée marxiste.

L'appui matériel et logistique de la Chine, devenue communiste en 1949, marquera un tournant décisif dans le conflit en donnant la supériorité aux troupes communistes d'Hô Chi Minh. Malgré des succès incontestables grâce à des chefs déterminés-citons le général de Lattre de Tassigny à Hoa Binh en 1951 et le général Salan à Na San en 1952-les combattants d'Indochine seront submergés à Dien-Bien-Phu en 1954.

Par leur sacrifice et leur abnégation les anciens d'Indochine ont inscrit une page douloureuse, mais ô combien glorieuse de notre histoire. Ils ont servi la France avec courage et dignité, aussi méritent-ils que l'on se recueille et que l'on observe une minute de silence. »

Georges GAILLAGOT Vice-Président de l'association Rhin et Danube du bassin d'Arcachon, Mme SERRES(veste rose) Pupille de la Nation(son Père est tombé en Indochine) . A la droite de Mr FOULON,deux Anciens d'Indochine (l'un assis avec ses cannes,l'autre en veston beige et casquette kaki) ,je ne connais malheureusement pas leurs noms.

Georges GAILLAGOT, a prononcé le discours de Sylvie GOULARD, ministre des armées :

  • « Journée nationale d'hommage aux « Morts pour la France » en Indochine

Il y a 63 ans, les armes se taisaient en Indochine, mettant fin à un siècle d'épopée française en Extrême-Orient ainsi qu'à une guerre de huit ans commencée au lendemain de l'occupation japonaise.

Loin de leurs foyers, sur des terrains inhospitaliers, face à un adversaire insaisissable, sans cesse mieux armé et numériquement supérieur, les combattants du corps expéditionnaire français ont lutté inlassablement, avec une foi, une ardeur, un courage et un dévouement qui forcent l'admiration et imposent le respect.

Du milieu des rizières du Delta aux très nombreux postes isolés de la Haute Région, nos soldats ont livré quotidiennement des batailles anonymes, mais aussi des combats devenus légendaires comme ceux de la RC4, et bien d'autres dont les noms sont à jamais gravés dans nos mémoires. Enfin le 7 mai 1954, après cinquante-sept jours de résistance et de combats acharnés, les 15 000 défenseurs du camp retranché de Dien-Bien-Phu sont finalement submergés par les troupes vietnamiennes, bien supérieures en nombre, menées par le général Giap.

Leur sacrifice est immense. Leur tribut fut celui de la souffrance, du sang, et de la mort. De 1945 à 1954, près de 100 000 soldats de l'Union française tombent en Indochine. Plus de 76 000 sont blessés. 40 000 sont faits prisonniers dont 30 000 ne reviendront jamais.

L'éclat de leur bravoure, le panache de leur engagement, leur sens du devoir et du sacrifice suprême au seul service de la Nation ne rencontreront alors en métropole, que trop souvent, l'indifférence, parfois l'ingratitude.

Aujourd'hui, ne les oublions pas.

Qu'ils aient été parachutistes, légionnaires, tirailleurs, gendarmes, marins, aviateurs, médecins, infirmières, qu'ils aient été coloniaux ou métropolitains, tous sont « Morts pour la France », héros anonymes tombés au champ d'honneur, au détour d'une piste, dans la boue d'une rizière, dans un camp de prisonniers.

Que les combats de nos soldats en Indochine puissent rester gravés à jamais dans la mémoire du peuple français.

Dans un monde où la paix n'est jamais acquise, que le souvenir des exploits de nos combattants, la force de leur engagement pour la défense des valeurs universelles de Paix et de Liberté portées bien au-delà de nos frontières nous obligent et nous aident à rester debout, en citoyens libres, vigilants et déterminés.

Honneur aux combattants d'Indochine !

Sylvie GOULARD »

Mr le Député-Maire FOULON avec le Lt Colonel LE VAN déposant une Gerbe puis se recueillant.

Mme SERRES et le représentant du Comité d'entente des anciens combattants et victimes de guerre d'Arcachon déposant à leur tour une gerbe et se recueillant.

L'assemblée a enfin écouté la sonnerie aux morts avant d'entonner l'hymne nationale

Les Autorités civiles et militaires ont ensuite été remercié et félicite nos Porte-Drapeaux

Fin de la Cérémonie ,les Porte-Drapeaux quittent le Monument aux Morts.

A l'année prochaine .....

Toutes les photos de la cérémonie en cliquant sur le lien ci-dessous

https://goo.gl/photos/b3mtHy659zigWyPZA